Introduction au CPTED Crime prevention Through Environmental Design.

Le CPTED (Crime Prevention Through Environmental Design) est une méthode de plus en plus mise en avant dans la prévention des crimes et des infractions. En tant que théorie éprouvée, elle apporte une nouvelle vision dans la conception de périmètre de sécurité et la sécurisation de zone au sens large. Revenons sur un modèle trop souvent mis de côté lorsqu’il s’agit de la sécurité.

Qu’est ce que la CPTED ?

À vrai dire, tout est dans le nom, la CPTED englobe  l’ensemble des recherches sur l’environnement dédié à la prévention des crimes. Ce qui veut dire, que tout acte d’analyse, de prévention ou de réduction des risques associés à la criminalité, et qui utilise la modification d’un environnement est pris en compte par la CPTED. Utiliser le terme environnement est fait à dessein, l’approche CPTED peut s’appliquer à la fois à des maisons, à des infrastructures industrielles ou des zones publiques.

Le concept de base est le suivant, utiliser l’environnement physique pour éviter au maximum les intrusions, les vols ou la destruction de matériel. Pour ce faire, ce sont deux points qu’il faut absolument prendre en compte. Le premier, est d’inclure une stratégie se basant sur les études en criminalité, lors de la construction d’un bâtiment. La seconde, lorsque le bâtiment ou la zone est construite, il faut en faire un usage correct, respectant les recommandations de la CPTED.

Les avantages à poursuivre une stratégie en relation avec le CPTED sont multiples. Premièrement, l’usage des bâtiments sera plus efficace, que ce soit du point de vue de la sécurité mais aussi de la maintenance. De plus, le sentiment d’insécurité des utilisateurs en sera réduit. Ceci grâce à une conception réduisant les dangers liés à la criminalité.

Enfin, en mettant en œuvre plusieurs règles simples, nous pouvons mettre à mal beaucoup de tentatives d’actes criminels. La réduction de la criminalité au sein de l’espace étant la principale mission de la conception environnementale pour la défense.

Les fondamentaux de la CPTED reçoivent une forte popularité en ce moment. Face à l’insécurité et l’envie de concevoir une nouvelle vision de la défense. Introduite dans les rapports pour la prévention des crimes, la conception environnementale est une partie sérieuse pour les autorités en charge de la défense d’un territoire. D’autant plus qu’elle a l’avantage d’apporter des bénéfices à court mais aussi long terme. Néanmoins, cela ne reste qu’un outil de plus face au crime, en aucun cas la prévention par design environnementale ne peut prévenir tout le sujet de la défense et de la criminalité.

Attention, malgré l’aspect primordial de la CPTED, les normes de construction et de sécurité des bâtiments sont prioritaires et doivent être respectées. Aucune démarche CPTED doit venir entrer en conflit avec les prérogatives en termes de normes de construction applicables dans un pays. Par exemple, les dispositifs mis en place doivent valider des systèmes d’évacuation en cas de dangers (incendies, gaz…), même s’ils peuvent être considérés comme des brèches exploitables pour des criminels.

Maintenant que nous avons vu, au combien le CPTED était une approche innovante et efficace pour la sécurisation d’un environnement, passons aux choses sérieuses en analysant les principes clé de la méthode.

Les principes clés de la conception environnementale.

La conception environnementale est finalement divisible en quatre grandes étapes ou piliers qu’il faut absolument respecter pour un résultat global satisfaisant: 

La surveillance naturelle.

Ce concept se base sur la communauté interagissant au sein de la zone afin de mettre en place une première investigation des lieux. L’objectif de cette section est d’inciter les usagers à garder un œil neutre mais vigilant concernant les intrus accédant à la zone. Dans le cas d’un périmètre avec défense d’entrer, cette surveillance peut s’étendre à l’environnement proche.

Pour accompagner une vigilance à tout instant, il faut pouvoir accroître la visibilité dans la zone. Que ce soit en étirant un maximum les espaces ou en augmentant l’éclairage, notamment de nuit. Enfin, il peut aussi être intéressant d’augmenter le nombre d’agents susceptibles de rapporter un comportement étrange.

Contrôle des accès naturel.

Pour pouvoir réduire les risques concernant les intrusions, la première des choses à mettre en œuvre est l’ajout de délimitation pour limiter un maximum les accès. Ceci englobe l’instauration de portes, de serrures mais aussi d’éléments naturels comme des arbustes ou des haies.

Un autre concept phare de cette section est la centralisation des espaces communs, susceptible de subir des attaques. Lorsque cela n’est pas possible, les incorporer dans les grands axes de communication est aussi une idée recommandable.

Renforcement du territoire.

Une fois la surveillance et les délimitations bien en place, nous pouvons nous attarder au renforcement de la zone. Par exemple, en mettant en évidence la distinction entre les espaces publics et privés. Ou bien en réalisant une scission de la zone en unité autogérée, comme dans le cadre d’un quartier résidentiel par exemple.

Maintenance.

Afin de garantir le bon usage et la pérennité des solutions mises en place juste au dessus, il est nécessaire de garantir les soins et l’entretien de la zone. Le processus de maintenance a pour vocation de protéger la santé des agents, la sécurité mais aussi le bien être. Ce travail est minutieux puisque, en voulant conserver l’un de ces axes, il est possible d’en impacter un autre.

Malgré une attention toute particulière apportée à ces quatres axes, la conception environnementale ne prétend pas avoir de solution clé en mains pour tout archétype de lieu. Le bon usage des principes de la CPTED résulte d’une analyse minutieuse du terrain et des actions envisageables à court et moyen terme.

Autrement dit, après les efforts mis en place pour respecter les recommandations de la CPTED, il faut s’attendre à des résultats raisonnables. Il n’est pas possible de prendre en considération tous les facteurs qui prédestinent un acte criminel. D’autant plus que l’approche est transdisciplinaire et demande beaucoup d’expérience de terrain. Il ne faut pas s’attendre à tout comprendre dès le début mais il est nécessaire de maîtriser l’ensemble de la stratégie.

Finalement, une connaissance accrue de son environnement et des dangers potentiels sera le meilleur atout pour tendre vers un succès maximal.

Technique et approche de la CPTED.

Comment gérer les risques avec la CPTED.

Il y a trois approches que nous pouvons combiner afin de mettre en place une gestion raisonnable des risques dans un environnement.

L’approche Naturel.

L’approche Naturel se base sur l’influence que l’on peut apporter aux usagers et à leurs usages. Cela peut venir de la conception de bâtiment et/ou de logement renforçant le sentiment de responsabilité des usagers. Ainsi, nous garantissons une augmentation de la vigilance et de la défense d’un lieu en cas de problèmes mineurs.

Un outil efficace pour faciliter l’appropriation d’un lieu et son maintient, est la création d’un environnement communautaire. Ceci permet de réduire considérablement la criminalité en interne et renforcer la surveillance avec les échanges extérieurs. Pour ce faire plusieurs méthodes sont disponible:

  • Intégration de barrières physiques ou symboliques pour délimiter un lieu.
  • Augmenter autant que faire se peut, les contacts entre usagers.
  • Augmentation du champ de vision des usagers avec éclairage et design du lieu approprié.
  • Centraliser vers les flux majeurs, fortement peuplés, les zones à risques.

 Il est important de prendre en compte l’aspect surveillance comme facteur de lutte contre le crime. Le fait de ne pas imposer de surveillance numérique et de préférer l’approche communautaire, est une bonne façon de faire approuver le concept aux agents. Rappelons-nous que l’aspect bien-être est tout aussi important dans l’approche CPTED.

L’approche formel.

C’est l’approche la plus mise en avant en entreprise puisqu’elle permet d’avantages de personnalisation et s’adapte à plus de cas spécifiques. Elle englobe l’ensemble des techniques mettant en avant un processus organisationnel (protocole, niveau d’accès…) et l’instauration de services de sécurité.

L’approche Mécanique.

Souvent assimilé à un durcissement du modèle en place, l’approche mécanique consiste à intégrer au sein de la zone, des outils et du matériels destinés à la sécurité du lieu. L’objectif sous-jacent est d’accentuer la sécurité d’un lieu en obstruant ses accès et sa surveillance.

Cela peut venir par l’ajout de serrure plus solide ou de système plus complexe (serrure magnétique, biométrique…), mais aussi par la conception d’un parc de caméras de surveillance dans les zones stratégiques.

L’approche mécanique va généralement servir à prévenir des cas de crimes spécifiques dans des lieux particuliers et restreints au sein de la zone. C’est une méthode efficace de combler certaines lacunes de la conception environnementale lorsqu’ils sont détectés après la création de la stratégie globale.

Néanmoins, cela n’est pas sans défauts. En effet, l’intégration d’une stratégie sur mesure aura évidemment des coûts et des besoins en termes de maintenance. Tout en ayant des risques du point de vue de l’acceptation du système par les usagers dans la zone. De plus, ce type de système ne prémunit pas contre les criminels de professions qui savent déjouer la plupart des systèmes. Même si le ratio de tentative ira décroissant en fonction de la complexité du système mis en place.

Nous avons à notre disposition plusieurs outils afin de profiter des bienfaits d’une approche par conception environnementale. Revenons plus en détails sur deux points majeurs, essentiels pour la prévention contre le crime, et que la CPTED suit avec attention.

Le Comportement humain clé de voûte de l’approche CPTED.

Pendant un moment l’environnement a été très mal pris en compte par les intervenants pour la prévention des crimes. Considéré à tort comme un paramètre stable et sans impact, nous avons oublié son rôle dans les comportements psychologiques de l’Homme.

En réalité, les travaux de recherches ont montré une relation de cause à effet entre le contexte environnemental et le comportement humain. Voici une liste des relations immédiate entre comportement et environnement:

Le changement structurel d’un environnement va faire disparaître une tendance ou un comportement qui se déplacera avec le temps dans un environnement plus propice. Ceci crée des flux migratoires entre différents environnements. Ceci est vrai dans le cadre macroscopique (pays, continents…) mais aussi microscopique (entreprise, quartiers résidentiels…).

Le comportement de l’Homme varie selon plusieurs critères environnementaux. Evidemment l’environnement physique va impacter le comportement, mais aussi de l’environnement social, économique, politique…

La variation de l’environnement va certes impacter le comportement général des acteurs mais aussi les autres dimensions de l’environnement. Une variation économique aura des répercussions sur l’aspect social et inversement.

Évidemment les concepts évoqués ne sont pas communs à toutes les circonstances. Néanmoins, ils ont été éprouvés empiriquement. En règle générale, plus les environnements sont complexes, plus les cohérences reliant l’environnement et le comportement sont difficiles à cerner.

Pour pouvoir tout de même manipuler l’environnement dans le bon sens, le design environnemental se base sur des variations mineures de l’espace pour ainsi faire varier, à la marge, les comportements. C’est une méthode efficace pour vérifier la causalité des actions menées.

Les Opportunités laissées aux criminels.

La majorité des actes de vandalisme et de criminalité résulte d’opportunités données aux agresseurs pour mettre en œuvre leurs méfaits. Par exemple, la tendance générale a montré que les immeubles et les ascenseurs étaient des zones à risques car limitant la fuite et la présence de publique. Les magasins en fin de zone commerciale sont également la cible fréquente de vandalisme comparé aux établissements centralisés. Enfin, les zones isolées dans des quartiers peu peuplés comme les résidences secondaires sont les cibles privilégiées des cambrioleurs.

Pour éviter les désagréments, il faut se prémunir des risques, analyser le type d’environnement en question et s’éduquer à la criminalité potentielle. Ainsi, les actions à mener pour limiter les agressions ne seront pas les mêmes que celles voulant limiter les cambriolages. C’est de la responsabilité du concepteur mais aussi du propriétaire d’un établissement de travailler sur les risques avant d’intégrer un modèle de défense.

Nous avons vu que le comportement criminel résultait d’une opportunité donnée. À vrai dire, il est important de concevoir le criminel comme un professionnel. Celui-ci agit simplement sous l’appréhension d’une analyse des risques. Selon l’estimation de son taux de succès, il agit ou non. Basiquement, entre en ligne de compte, la visibilité de la zone, sa défense et la capacité à fuir en cas de problème.

Finalement, plus la zone offrira peu d’opportunités, moins le taux d’essai et de succès sera réduit. D’autres facteurs entrent en compte dans l’estimation du taux de succès, par exemple le nombre de victimes potentielles. Enfin, bon nombre d’opportunités arrivent par l’inaction des usagers ou par une action défavorable à la prévention des crimes. La négligence de la section maintenance de la CPTED étant l’un des principaux dangers pour la pérennité d’un lieu.

Les risques à prendre en compte dans la mise en oeuvre.

 Nous retrouvons certains risques lors de la création d’une stratégie basée sur la CPTED dont il faut se prémunir. C’est en quelque sorte des conseils à bien respecter.

1- Parler de prévention au concepteur plutôt qu’au propriétaire.

En effet, si la stratégie est mise en œuvre lors de la construction du lieu. La prise de conscience autour de la conception environnementale doit impérativement être faite pour les concepteurs du lieu.

Le propriétaire du lieu sera davantage intéressé par les retombées en termes de sécurité concernant la zone. Mais ce sont bien les concepteurs qui sont à cibler lorsqu’il s’agit des techniques à mettre en place pour le bon respect de la conception environnementale.

2- Trop de négligence de la part de l’usager.

Une bonne partie de la stratégie de conception environnementale dépend de l’action des usagers dans le milieu. Si une atmosphère collaborative n’arrive pas à être instaurée au sein de la zone, les retombés en termes de sécurité seront moindre.

Il faut s’assurer d’une bonne communication concernant les processus mis en place et le rôle de chaque acteur au sein de la stratégie globale. Sinon les travaux effectués seront rédhibitoires.

3 –  Mauvaise gestion des bâtiments.

Comme nous l’avons vu, la maintenance est l’un des piliers de la CPTED. Si une négligence s’installe quant à la gestion de la zone, les résultats tendent à baisser petit à petit.

Il est important de faire le nécessaire afin de garantir le bon usage et le bon état général des bâtiments et construction au sein du lieu à protéger.

Nous avons vu une approche moderne de la prévention des crimes avec la conception environnementale. Cette méthode reste assez jeune, et malgré des travaux d’études apportant une vision positive de l’approche, plusieurs inconnus restent en suspens. Probablement que les conseils préconisés sont voués à changer et d’autres viendront compléter la démarche. Néanmoins, la CPTED n’exige pas énormément de coûts dans la stratégie de sécurité globale. De ce fait, ce serait dommage de ne pas s’en inspirer pour accroître la sécurité d’un lieu.

Photo Maxime Macé

Maxime Macé

Simple passionné de thématiques diverses et variées. J’apprécie enrichir mes connaissances dans les disciplines techniques comme l’informatique, les sciences et l’ingénierie, mais aussi dans les domaines merveilleux de la philosophie, l’art et la littérature.

Prenons contact

Vous souhaitez me contacter suite à la lecture de cet article ? Merci de renseigner votre adresse électronique et je vous recontacterai dans les plus brefs délais.

CV Ingénieur développeur informatique

CV Étudiant PhD Artificial Intelligence

Portfolio Artist designer